Élections municipales 2020 : retour sur la participation du second tour et comparaison avec le premier tour

Repoussé à une date ultérieure du fait de l’épidémie de coronavirus, le 2ème tour des élections municipales 2020 s’est finalement déroulé le 28 juin dernier dans des conditions sanitaires strictes. Il a permis aux citoyens d’environ 4800 communes de France de départager les listes électorales toujours en lice. Comme lors du 1er tour de ce scrutin, le taux d’abstention a atteint à nouveau un pic historique (59%). Ce qui confirme, dans un contexte sanitaire inédit il est vrai, la mauvaise santé de notre régime démocratique (+ 21,13% d’abstention par rapport au 2ème tour de l’élection municipales de 2014). Cependant, comme le montre la cartographie réalisée avec notre logiciel Cartes & Données, ce taux d’abstention est à relativiser puisque, dans les communes qui ont voté lors des 2 tours, il n’a quasiment pas progressé (+0,5 point seulement).

Carte du premier tour de l'election municipale 2020

2ème tour des élections municipales 2020 : les régions à forte abstention

De très nombreux départements, situés en majorité dans la partie septentrionale de la France, présentent un taux d’abstention élevé au 1er tour et qui se confirme au 2ème tour. Plusieurs départements ont un taux d’abstention proche voire inférieur à 50% et font figure d’exception dans cette zone géographique : l’Ariège (43,81), l’Indre (44,75%), la Haute-Saône (45,33%), les Côtes d’Armor (47,17%), la Creuse (47,20%), le Pas-de-Calais (48,23%) et le Loir-et-Cher (50,34%). Ces « enclaves électorales » ont un taux d’abstention qui tranche fortement avec celui de leurs voisins : par exemple, le Nord (62,52%), l’Ille-et-Vilaine (61,55%), l’Indre-et-Loire (60,74%), le Puy-de-Dôme (59%) ou encore la Côte-d’Or (61,16%). D’autres départements limitrophes situés dans le sud de la France présentent une abstention supérieure à 60% : la Loire (66,28%), le Rhône (64,61%) et l’Isère (60,13%). Sans oublier la région PACA (Bouches-du-Rhône, Alpes-Maritimes) et la Nouvelle-Aquitaine (Gironde).

2ème tour des élections municipales 2020 : les régions à faible abstention

Lors du 2ème tour des élections municipales 2020, certains départements français ont présenté un taux d’abstention bien inférieur à la moyenne nationale. Ils font office de « bons élèves ». Il s’agit des départements limitrophes de la Lozère (34,48%), de la Corrèze (38,05%) et du Cantal (39,99%). D’autres départements, comme les Hautes-Alpes (36,24%) et le Gers (38,60%), présentent également un taux d’abstention inférieur à la normale. Deux cas particuliers doivent être évoqués :

1) La Corse : le taux de participation a augmenté de 16,17 points en Haute-Corse (abstention à 31,41%) et de 10,18 points en Corse-du-Sud (abstention à 24,57%).

2) À Mayotte, le taux de participation a augmenté de 4,53 points entre le 1er tour (70,19%) et le 2ème tour des élections municipales (74,72%).

Évolution de l’abstention lors des 2 tours des élections municipales 2020

Lorsque l’on compare les taux d’abstention des élections municipales 2020, il est intéressant de constater qu’au niveau national, le taux de votants est resté stable entre les deux tours (seulement -0,5 point). Même si elle demeure faible sur le territoire, la participation – pour les communes qui ont voté 2 fois – n’a donc pas flanché entre mars et juin 2020.

1) Les « bons » élèves (ceux qui ont vu leur participation en hausse de plus de 5 points entre les 2 tours) sont au nombre de 8 : la Guadeloupe (+9,01 points), la Martinique (+10,12), La Réunion (+5,23), le Gers (+5,14), la Haute-Garonne (+ 5,2), les Pyrénées-Orientales (+5,83), la Haute-Corse (+16,17) et la Corse-du-Sud (+10,18).

2) Les « mauvais » élèves (dont la participation est en baisse de 5 à 10 points) sont au nombre de 15 : Aisne (-9,59 points), Marne (-7,97), Meuse (-8,37), Aube (-6,75), Haute-Marne (-5,32), Haute-Saône (-5,25), Jura (-5,83), Ille-et-Vilaine (-5,15), Sarthe (-7,86), Deux-Sèvres (-6,09), Indre (-7,94), Creuse (-5,39), Lot (-6,43), Haute-Loire (-7,03) et Lozère (-8,93).

À propos de l’auteur : Mathieu Boisseau

J’ai rejoint Articque en tant que webmarketeur afin de créer des contenus dédiés au monde de la cartographie statistique.

Articles similaires

DataPrep et liaisons avec des BDD : la R&D derrière l’atlas COVID-19 d’Articque

10 min

L’équipe Projets d’Articque a réalisé un travail de DataPrep pour automatiser la mise à jour de l’atlas de suivi de l’épidémie de COVID-19 : découvrez-en les enjeux et le fonctionnement !
miniature interview matthieu vibertDR

Profession chef de projet informatique : le témoignage de Matthieu Vibert

5 min

"Nos client savent que nous sommes fiables". Retrouvez l'interview de Matthieu Vibert, chef de projet informatique Articque. Il nous parle de son parcours, de ses missions et de sa relation avec les utilisateurs de nos solutions cartographiques.