Hervé Théry est directeur de recherche émérite au CNRS, Professor visitante na Universidade de São Paulo (USP), co-directeur de la revue Confins (http://confins.revues.org/). Il tient également le blog de recherche Braises (http://braises.hypotheses.org/)

Je suis depuis 2005 professeur invité à l’Université de São Paulo où j’interviens dans le cadre de trois départements d’enseignement (Géographie, Amérique Latine et Gestion des Politiques Publiques). En-dehors de ces cours, je passe régulièrement une ou deux semaines dans une ville différente du Brésil pour travailler avec des groupes d’une vingtaine d’étudiants. J’en profite pour leur faire découvrir Cartes & Données et ils sont toujours fascinés par la démonstration ; l’apparition de la première carte est toujours un peu magique et provoque des exclamations. Ensuite, les étudiants qui le veulent peuvent aller se procurer gratuitement le logiciel sur le site d’Articque. Ils en font la demande et obtiennent des accès très rapidement.

Je donne entre autres un cours de Master et de Doctorat de géographie intitulé Évaluation et prospective des Territoires, dans lequel l’apprentissage de Cartes & Données est à présent inclus. J’enseigne aussi Cartes & Données à des étudiants d’autres cursus : je donne des cours à des étudiants de Gestion des Politiques Publiques, sur un nouveau campus créé par l’université de São Paulo dans une région de la ville qui ne disposait pas encore d’université publique. L’université y a créé des cursus transverses qui n’existaient pas encore à l’USP. J’y donne donc des cours de deux fois six mois pendant lesquels j’enseigne l’usage de Cartes & Données.

Au début, je ne faisais que montrer rapidement l’usage de Cartes & Données, car il était inabordable pour des étudiants brésiliens, qui n’avaient pas les moyens de s’offrir le logiciel. C’est suite à une discussion avec Georges-Antoine Strauch, président d’Articque, que le programme GeoCampus a été créé pour rendre l’accès au logiciel plus facile pour les étudiants. Maintenant que ceux-ci ont accès gratuitement à Cartes & Données, je peux enseigner son usage : on commence par une partie théorique et conceptuelle, pour passer ensuite à la pratique. Je commence par présenter l’usage de Philcarto, mais dès qu’on cherche à réaliser des cartes un peu plus complexes et soignées, je passe sur Cartes & Données. C’est mon outil principal. Je ne me sers pas de toutes les fonctions commerciales et géomarketing incluses dans le logiciel, puisque j’en fais un usage purement scientifique et de recherche.

J’utilise énormément certains modules, qui sont introuvables dans d’autres logiciels : les cartogrammes, le module d’élévation 3D, les flux, la matrice de Bertin, les demi-cercles affrontés. Je traite avec mes étudiants de sujets qui portent sur le Brésil ou sur d’autres pays d’Amérique Latine. Nous réalisons toutes sortes de cartes sur lesquelles nous disposons de données précises (sur les produits de collectes au Brésil, par exemple). Nous avons réalisé un atlas du Brésil dont les cartes sont en grande partie réalisées avec Cartes & Données. Sa troisième édition est sortie la semaine dernière, avec plus de 250 cartes ou groupes de cartes, dont 80% nouvelles ou mises à jour par rapport à la deuxième édition.

Pour le travail pratique avec mes étudiants, nous partons toujours des données et des problématiques précises apportées par les étudiants, sur leurs sujets de recherche. Nous réalisons donc parfois des cartes assez exotiques ! Un de mes étudiants a réalisé des cartes sur les langues indigènes au Brésil (où plus de 300 langues sont parlées !) ; un autre s’intéresse aux mouvements des réfugiés Colombiens, qui sont plus de huit millions. Un autre a travaillé sur un métro mexicain, à Guadalajara… On travaille aussi beaucoup sur des questions d’environnement. Pour l’instant, Cartes & Données a toujours su répondre à toutes nos problématiques !

L’avantage de Cartes & Données, c’est que c’est un logiciel qui permet de représenter énormément de choses, mais qui est aussi facile à utiliser. On le prend en main en quelques jours, et on n’a pas besoin de s’encombrer d’une solution plus lourde. Et avec l’offre GeoCampus, les étudiants y ont maintenant accès gratuitement.